22 Réponses à “L’Afpa renforce sa direction pour relever de nouveaux défis”

  1. Lucie Rodriguez dit :

    Bonjour
    il est fortement bien conseillé ces actions à condition qu un suivi contrôlé soit en permanence disposer chez nos employeurs
    il y en a marre des avantages pour les grosses sociétés avec le flux des inégalités de salaires et retraites envolées toute personne et société pourrait avoir aussi un plafond de ressources afin de le redistribuer dans le capital de la société comme cadeau de départ après tout le capital pourra se fructifier grâce au capital humain ….tout passe par les mains et le cerveau de l homme avec ou sans numérique( d ailleurs l argent est numérique)
    voilà donc l argent est seulement un outil à transmettre et qu’il serait plus important de le disposer à profit dans les caisses communes de la société afin qu elle réagisse à créer une effervescence économique grâce aux mains et cerveaux des hommes….

  2. Herszberg Isabelle dit :

    On ne peut que déplorer que ce soit encore des postes de hiérarchiques « non productifs » qui soient créés. Le siège et les DR coûtent déjà 17% du CA des centres. Et on nous parle d’économies…

    Les formateurs sont maintenant des CDD pour qui les critères de sélection ont été grandement assouplis. Il n’y a plus d’AT. Nos systèmes informatiques « rament » quand ils fonctionnent. On répond à des appels d’offres qui tirent les prix vers le bas.

    On n’innove plus, on ne s’engouffre pas dans les filières d’avenir, on ne développe pas via le plan de formation la double compétence pour nos formateurs. Bref, la vielle dame a gardé son vieux fauteuil roulant mécanique.

    C’est l’image même de ce qui faisait la grandeur et la différence de l’AFPA qui disparaît.

  3. Blandine BOULET dit :

    Il serait peut-être judicieux que cette nouvelle direction revoie la distribution régionale des formations offertes et veille à une meilleure répartition des offres sur le territoire. A l’heure où les obligations de formation des salariés tout au long de la vie deviennent une réalité, il serait temps d’offrir aux entreprises une proximité plus large. Ne pas avoir ces offres n’encourage pas les entreprises à s’installer sur des secteurs désertés et les poussent immanquablement à se focaliser sur les grandes métropoles créant ainsi des déserts où les chômeurs deviennent légion faute de formations distribuées. Quand je vois les formations offertes sur l’AFPA de Tarbes et tout le Bassin de l’Adour, je comprends que les entreprises s’installent plutôt à Toulouse et Bordeaux. Les offres de l’AFPA sur les grandes villes sont souvent en concurrence avec les mêmes offres du secteur privé, alors qu’il suffirait de les délocaliser pour capter plus de monde et encourager dans le même temps des entreprises à s’installer à proximité. La formation de concepteur développeur informatique n’est servie dans l’Ouest qu’à Toulouse ou Bordeaux et la Wild Code School ouvre deux campus dans ces mêmes villes! Mais à Pau, Bayonne, Tarbes, Mont de Marsan aucune offre. Un centre de formation, pour encourager les entreprises à s’installer, doit leur proposer un vivier de personnes formées sur place. Si vous attendez que les entreprises soient déjà en place pour développer les formations alors qu’elles attendent qu’il y ait des formations pour s’installer, les personnes en mal d’insertion risquent d’attendre longtemps qu’on leur propose des solutions.
    Et il serait temps également qu’au lieu de l’éternel management qu’on porte en étendard, on réfléchisse en terme de collaboration positive et constructive en interne et en externe afin de replacer l’humain au coeur des priorités que chacun trouve sa place et s’investisse au mieux dans les missions qui lui seront confiées.

Laissez votre commentaire